RADIO(S)



L'évacuation de la ZAD a repris ce jeudi
L'évacuation de la ZAD a repris ce jeudi — F. Tanneau/AFP
  • Quatre lieux de vie ont été évacués ce jeudi sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
  • Des opérations qui se sont déroulées dans une ambiance beaucoup moins tendue que celle des premiers jours d'expulsions.

Début avril, 2.500 gendarmes débarquaient à Notre-Dame-des-Landes pour procéder à l’évacuation de la ZAD. Après plusieurs jours de violents affrontements, entre cocktails molotov et grenades lacrymogènes, la fin de la trêve décidée par le Premier ministre a sonné. Ce jeudi, les expulsions ont repris comme annoncé sur la zone. Et si le processus est toujours le même, les opérations se déroulent dans une ambiance différente de celle du premier acte…

Sur la RD 81, l’une des deux routes départementales qui traversent la ZAD, les 1.700 gendarmes mobiles, arrivés au petit jour, avancent très vite. Alors qu’une impressionnante file de fourgons s’étend, les forces de l’ordre quadrillent entièrement la forêt de Rohanne, cet espace boisé peuplé de cabanes, dans le viseur ce jeudi. A part le chant des oiseaux, c’est le bruit des engins de chantier que l’on entend. « Une centaine de personnes se sont opposées mais à 8h, nous avions déjà atteints nos objectifs, se félicite-t-on au ministère de l’Intérieur. La zone est sous contrôle. Le reste de la journée sera consacré au déblaiement des routes et à leur remise en état, pour que les engins de démolition accèdent aux squats à déconstruire ».

Lacrymogènes et pelleteuses

Dans les champs alentours, plusieurs dizaines de zadistes tentent tout de même de faire face aux gendarmes. Le rapport de force semble moins favorable que les premiers jours et c’est par la voix que certains tentent aussi de résister. « La solidarité, ça vous parle ? » « Lâchez vos boucliers ! Venez planter des légumes, ou au moins arrêtez de les piétiner », entend-on résonner. Mais cet après-midi n’est pas le temps des négociations, les grenades lacrymogènes pleuvent et les pelleteuses entrent facilement en action. Du lieu de vie la Chat-teigne, considérée par les opposants comme un symbole de l’opération César de 2012, il ne reste désormais que des décombres.

Les pelleteuses sont entrées en action ce jeudi après-midi sur la ZAD / AFP PHOTO / Fred Tanneau
Les pelleteuses sont entrées en action ce jeudi après-midi sur la ZAD / AFP PHOTO / Fred Tanneau - AFP

Cette fois, les cibles étaient plus claires. Tôt ce matin, avant le début des opérations, le directeur de la gendarmerie nationale, le général Lizurey, est venu en personne « faire de la pédagogie » et prévenir les représentants des zadistes des sites visés. C’est qu’il ne fallait pas reproduire le raté de la première journée, le 9 avril, lors de laquelle la ferme des 100 Noms était tombée. « Nous ne ciblons que les gens qui n’ont pas de projet agricole, les jusqu’au-boutistes », martèle le général Lizurey. En milieu d’après-midi, la promesse semble toujours tenue.

La mobilisation a-t-elle faibli ?

Alors, la mobilisation a-t-elle faibli, après que le processus de régularisation de certains zadistes est enclenché ? Pas du tout, affirment les opposants. « Le périmètre d’intervention est beaucoup plus vaste, mais nous sommes plusieurs centaines sur la zone à résister, dans les champs, sur les chemins », affirment les zadistes, qui promettent de reconstruire les cabanes démolies. « Cela nous prendra un an, deux ans, ou 20 ans, et ainsi nous continuerons à porter le modèle collectif que nous imaginons depuis toutes ces années, lance une autre. Projet ou pas de projet, cabane ou habitat en dur, tout le monde a sa place ici. »

Une manifestation doit avoir lieu ce soir à Nantes et dans plusieurs villes de France, avant d’autres rendez-vous ce week-end. En attendant, si les soutiens sont invités à affluer sur la zone, les opérations doivent se poursuivre (voire s’achever) vendredi. Deux autres secteurs de la ZAD ont été repérés, pour un total d’une dizaine de squats à démanteler. En avril, une trentaine d’entre eux avaient été détuits.

Source de l'article : https://www.20minutes.fr/societe/2273099-20180517-dame-landes-zad-expulsions-repris-affrontements-beaucoup-moins
Partager