RADIO(S)



Les femmes russes peuvent faire ce qu'elles veulent avec les supporters étrangers, et c'est le Kremlin qui le dit
Les femmes russes peuvent faire ce qu'elles veulent avec les supporters étrangers, et c'est le Kremlin qui le dit — MLADEN ANTONOV / AFP

Les femmes russes, « les meilleures au monde », font ce qu’elles veulent. Moins de 24 heures après la sortie d’une parlementaire russe, qui conseillait à ses compatriotes de ne pas coucher avec des supporters étrangers, le Kremlin a répliqué.

« En ce qui concerne nos femmes russes, elles décideront elles-mêmes » comment se comporter avec les supporters, a lâché le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov lors d’une conférence de presse.

Mercredi, Tamara Pletneva, une députée communiste de la Douma (chambre basse du Parlement), avait déclaré que les femmes russes ne devaient pas coucher avec des supporters étrangers venus en Russie pour le Mondial, au risque de devenir des mères célibataires.

« Apprécier le football »

Elle a rappelé l’exemple des Jeux olympiques de 1980, à Moscou, lors desquels de nombreuses femmes russes avaient eu des enfants avec des étrangers. Ces derniers étaient parfois d’une « race différente », a-t-elle déclaré, affirmant que les Russes doivent « donner naissance à (leurs) propres enfants ».

Dmitri Peskov a balayé les accusations de racisme contre la Russie, estimant que « tous les pays s’accusent mutuellement de racisme, d’homophobie ».

« Ces accusations n’ont rien à voir avec la Coupe du monde : rien qu’hier, Poutine a souligné que le football était, et reste, en dehors de la politique », a-t-il déclaré. « Maintenant, le principal, c’est d’apprécier le football. »

>> A lire aussi : Racisme, hooliganisme, homophobie... Les pires fantasmes autour de la Russie vont-ils se réaliser ?

>> A lire aussi : Hooliganisme, ambiance et goulag... A quoi s’attendent les supporters français en Russie

 

Source de l'article : https://www.20minutes.fr/sport/2289787-20180614-coucher-supporters-etrangers-femmes-russes-font-elles-veulent-assure-kremlin
Partager