RADIO(S)



José Mourinho et sa fausse interview
José Mourinho et sa fausse interview — SIPA
  • Manchester United va se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des champions en jouant un football horrible.
  • On a interviewé Ibrahim, un supporter de Manchester United, dans le rôle de José Mourinho.

« Ça va être super chaud là, on a un match important et faut que je prépare mon équipe à bétonner. » Comme José Mourinho a refusé de nous accorder une interview exclusive à la veille du match retour à Séville en Ligue des champions (c’est pas vrai, on n’a même pas essayé), on s’est dit qu’on allait tenter le plan B : faire une interview de José Mourinho. Mais pas du vrai, du coup. On a demandé à un supporter anglais de Manchester United et adepte de « Mourinhisme », Ibrahim, de jouer à « qu’est-ce qu’aurait répondu José » à toutes les questions qu’on aurait rêvé de lui poser sur son horrible Manchester, équipe la plus chiante d’Europe. Et franchement, le résultat est plus vrai que nature.

(ATTENTION : Ceci est une fausse interview. Le vrai José Mourinho n’a jamais été contacté pour répondre à ces questions.)

Bonjour José, merci de nous accorder un peu de temps à quelques heures d’un match si important…

Oh pas de problème, j’adore parler aux médias. Vraiment, j’adore ça. Sauf après les matchs durant lesquels les arbitres ont commis de nombreuses erreurs en ma défaveur. Dans ces cas-là, je ne préfère pas leur parler. Parce que si je parle, je vais avoir des problèmes. Et je n’ai pas envie d’en avoir.

Le match aller à Séville (0-0) était l’un des pires de la saison. Vous êtes d’accord ?

Je pense que beaucoup de poètes aiment voir du beau jeu, mais que le beau jeu n’amène pas toujours des trophées. On a joué un match très professionnel dans un contexte très difficile face à une très bonne équipe, j’en félicite mes joueurs.

Mais vous n’avez pas eu la moindre occasion de marquer…

On a de bonnes chances de se qualifier et ça c’est un fait. Un fait est un fait et je m’en fous de ce que les gens peuvent dire. A nous maintenant de faire le job mardi avec l’aide de notre incroyable public.

>> A lire aussi : Mourinho prend un journaliste dans ses bras car il ne lui a pas posé de questions sur Pogba

En parlant du public, vous n’avez pas peur qu’il se lasse de ne pas voir de foot…

Je pense que lors de nos trois derniers matchs, nous leur avons tout offert : de la résilience, du fighting-spririt, une attitude de mecs jamais morts. Les médias adorent parler de Liverpool et comment ils jouent bien au foot, mais on les a éteints pendant 90 minutes et ça, il n’y a personne pour le dire.

Tout le monde s’accorde à dire que Manchester United est ennuyeux à voir jouer…

Oui, oui. Vous pouvez les croire, ce sont eux les experts.

José, vous prenez du plaisir à voir votre équipe jouer ? Vous la trouvez divertissante ?

J’ai pris du plaisir à célébrer la victoire de trois trophées l’an dernier, pendant que les équipes prétendues divertissantes que sont Liverpool et Tottenham en ont gagné 0 à elle d’eux.

Mais vous n’achetez pas Pogba ou Sanchez pour garer le bus…

On les a achetés pour améliorer la qualité de notre équipe. Garer le bus ? Vous exagérez. Nous sommes la deuxième attaque en championnat cette saison.

Justement, Paul Pogba… Vous semblez irrité dès qu’on parle de lui. Quelle est la nature de votre relation avec lui ?

Elle est extraordinaire, tout à fait extraordinaire. Avec Paul, nous sommes comme père et fils. Mais Paul, comme tous les joueurs, doit s’améliorer. C’est un joueur incroyable.

Qu’est-ce que ça fait d’être l’homme le plus détesté de la planète ?

Etre un entraîneur couronné de succès provoque de la jalousie. Et la jalouse mène à la haine. J’aime travailler sous la pression et il en va de même pour le club. Nous sommes le plus grand club du monde et c’est pour ça que je suis le Special One dans le Special Club.

Décrivez-moi en un mot : Antonio Conte, Arsène Wenger, Pep Guardiola, José Mourinho.

Tricheur, légende, chauve, special.

Wenger sert la pince de Mourinho
Wenger sert la pince de Mourinho - BPI/Shutterstock/SIPA

Arsène Wenger, une légende ?

J’ai beaucoup de respect pour l’homme.

Avec tous les nouveaux entraîneurs hype, vous semblez désormais être un has-been. Avez-vous vieilli José ?

Le football ne me rend pas vieux, juste plus sage.

Est-ce que le football est devenu fou ?

Le football a toujours été un sport fou. J’aime ce qui est fou, ce qui est extraordinaire.

Le PSG se serait qualifié face au Real Madrid avec vous à sa tête ?

Je ne parle pas des autres clubs et des autres jobs d’entraîneurs. Emery est le manager du PSG et jusqu’à ce qu’il ne le ne soit plus, je ne parle pas de lui et du club à moins qu’on les rencontre. Tout ce que je peux dire, c’est qu’ils ont des joueurs formidables.

Est-ce que vous avez entendu parler du French Pep, Pep Genesio ?

Je ne le connais pas trop, mais Memphis Depay m’en dit du bien. Il dit beaucoup de bonnes choses lui. S’il est si bon que ça, il devrait être appelé le French José.

Source de l'article : https://www.20minutes.fr/sport/football/2236811-20180313-manchester-united-seville-succes-provoque-jalousie-interviewe-faux-mourinho-encore-plus-flippant-vrai
Partager