RADIO(S)



Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin face à Emmanuel Macron dimanche.
Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin face à Emmanuel Macron dimanche. — Blondet Eliot-POOL/SIPA

« Monsieur le président », trois mots (presque) jamais prononcés par Edwy Plenel (Mediapart) et Jean-Jacques Bourdin (RMC/BFMTV) lors de leur long entretien avec Emmanuel Macron dimanche. Une position qu’ils assument face aux critiques :  les deux journalistes se sont exprimés ce matin sur BFMTV.

Jean-Jacques Bourdin a expliqué traiter Emmanuel Macron comme les invités qu’il reçoit chaque matin à la radio. « Quand je suis là le matin à 8h30, tous mes invités, je les appelle par leur nom et leur prénom », rappelle-t-il, avant d’expliquer que cette manière de s’adresser au chef de l’Etat ne dit rien sur ses opinions personnelles. « Ce n’est pas pour autant que je ne respecte pas la fonction présidentielle, pas du tout. Remarquez que j’ai commencé par "Bonsoir Monsieur le président" », insiste-t-il. « En l’occurrence, nous sommes sur le même plateau, nous sommes ensemble pour parler de l’avenir de notre pays. Je ne vois pas pourquoi tout à coup j’aurais cet acte déférent [de dire] "monsieur le président". »

« On est pareils, on est égaux »

Une position assumée et confirmée par Edwy Plenel. « C’est dire "demain, vous n’êtes plus président, on est pareils, on est égaux" en dignité et en droits », renchérit le journaliste de Mediapart. « Il fallait d’abord être nous-mêmes », poursuit-il. « Il n’y a pas eu de débat là-dessus », déclare-t-il face aux attaques de certains observateurs qui dénoncent une posture puérile.

Edwy Plenel a tenu à rappeler les points communs entre RMC et Mediapart : « [ce sont] des médias qui portent ce que disent leurs auditeurs ou leurs lecteurs. Ce sont des médias qui sont très proches de leur public. Et quel était notre choix ? C’était de faire simplement les journalistes qui font les intéressants face au président ? Ce n’était pas ça qui nous intéressait. Ce qui nous intéressait c’était de porter les questions que se posent les gens. […] Il y a des colères dans le pays, des insatisfactions, des malentendus… Eh bien nous, on était là pour les porter », a-t-il conclu. 

L’interview télévisée du chef de l’Etat a réuni 3,8 millions de personnes en moyenne entre 20h40 et 23h19 selon des données de Médiamétrie.

Source de l'article : https://www.20minutes.fr/politique/2255855-20180416-interview-macron-pourquoi-plenel-bourdin-dit-monsieur-president
Partager